DÉBUTS

 

Formation & perfectionnement

 

Natif de Montréal, André Dupuis a débuté sa formation de percussionniste en 1979. De 1980 à 1985, il perfectionne son art au Drummer’s Collective de New York avec des professeurs renommés comme Gene Golden, Frankie Malabe, Ray Romero, Jimmy Iglesias, Steve Berios, Eddy Bope et Nickie Marrero où il étudie la salsa portoricaine et la musique cubaine.

 

Son intérêt pour la musique afro-cubaine se concrétise dès le début des années 80 par sa rencontre avec Frank Ascaso, un cubain immigré au Canada puis par de multiples stages d’étude et de recherche à Cuba qu’il fera parallèlement à ses études de percussions populaires.

 

 
CULTURE AFRO-CUBAINE

 

Apprentissage avec de grands maîtres

 

Il étudie notamment la musique afro-cubaine par l’apprentissage des tambours Batá avec de grands maîtres tels que Armando Pedroso, Alberto Villareal, Guillermo et Miguel Lopez du Conjunto Folklorico Nacional, Alfredo O’Farrill, danseur et percussionniste également du Conjunto Folklorico Nacional de Cuba et plus récemment en 2009, Angel Bolaño, du groupe Danza Nacional de Cuba.

 

Dans un univers où la transmission orale de cette musique traditionnelle à la fois folklorique et religieuse est grande, ces musiciens occupent une place essentielle tant pour leur connaissances techniques que pour leur importance comme gardiens d’un savoir religieux. André Dupuis quitte donc le Québec pour Cuba de 1999 à 2002 pour approfondir ses connaissances de la musique sacrée cubaine. Il s’intègre rapidement aux côtés de ses maîtres en jouant dans les cérémonies religieuses ce qui est exceptionnel pour un non-cubain. En 1995 il devient omo aña et omo Chango en 2001.

Il se perfectionne également comme percussionniste auprès de professeurs cubains de Rumba (Raul Lalí Rodriguez du groupe Clave y Guaguanco), de musique Arará (Miguel Barro) et de musique cubaine populaire (Roberto Viscaino). Durant ces nombreux voyages, il accumule de nombreux documents sur les chants et la musique traditionnelle cubaine.

 

 

Photo : Sébastien St-Jean

 
EXPÉRIENCE

Au Canada et à l'étranger

 

Avec une expérience de plus de 30 ans comme percussionniste, André Dupuis a apporté sa touche créative à de multiples projets tant au Canada qu’à l’étranger (spectacles, enregistrements en studio, télévision, radio, conférences, stages, etc.).

 

Il a été membre de nombreuses formations musicales telles que le Montreal Jazz Big Band (latin jazz), Jesus El niño (salsa) et le groupe de jazz Merlin Factor (prix Juno 1995 pour le meilleur disque de jazz électrique). Il est encore aujourd’hui le percussionniste du groupe de musique traditionnelle québécoise La Volée d’Castors qui a été reconnu pour son originalité par plus d’un prix Felix (meilleur disque de musique traditionnelle, 2007 et 2012).

 

André Dupuis a été boursier du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec à plusieurs reprises.

 

 
TRANSMISSION

 

Fondateur de l'école Ilu Ladé
& professeur de percussion

 

André Dupuis a su transmettre ses connaissances à de nombreux percussionnistes au Québec. En 2006 il décide donc d’ouvrir sa propre école de percussions à Montréal, l’école Ilu Ladé afin de combiner ses talents et son intérêt pour l’enseignement et sa passion pour la musique cubaine populaire et les percussions traditionnelles. 

 

Encore aujourd’hui, il reste un musicien qui ne cesse de perfectionner son art et ses connaissances. Il demeure un percussionniste reconnu pour son intégrité et une technique précise et développée.

 

Il a été chargé de cours et professeur invité à la Faculté de musique de l’Université de Sherbrooke et de McGill. Depuis 2009, il est le directeur artistique du chœur afro-cubain Ilu Ladé et de l’ensemble professionnel du même nom depuis 2013, en demande sur plusieurs scènes québécoises. Depuis 2013, il siège sur le conseil d’administration de l’organisme Ilu Ladé - Culture & Traditions qu’il a contribué à créer et qui fait la promotion des arts afro-caribéens et latins.